Cheval  Cheval  Cheval  

Techniques d'élevage


Présentation courte : Tout savoir sur les animaux à l'usage des propriétaires ou des passionnés : élevage, alimentation, soins, maladies, plaies, intoxications, urgences, méthodes de dressage, équitation, anecdotes, trucs et astuces...
  Conseiller à un ami 

Cheval :  http://techniques-elevage.over-blog.com     
Titre :  Techniques d'élevage Site préféré 
Aperçu : cheval, poney, guide, annuaire, équestre : Techniques d'élevage
Résumé : Techniques d'élevage est un blog qui répond gratuitement à toutes vos questions concernant vos animaux favoris et en particulier vos poneys et chevaux. par Catherine (Ingénieur en agronomie, Conseiller agricole, Accompagnateur de tourisme équestre) et Anne (Auxilliaire Vétérinaire). Et parce qu’un cheval " bien élevé " est un gage de sécurité, de plaisir et de confort pour vous, pour vos enfants… et surtout pour lui-même. En loire atlantique, nous proposons pour votre cheval ou poney (même Shetland) : Débourrage à votre domicile ; Education de base et musculation " dans le bon sens " ; Education au respect ; Compréhension et correction des comportements dangereux ; Conseil en nutrition et en élevage, suivi de croissance des poulains Ceci, afin de : Vous permettre une cohabitation harmonieuse avec votre cheval ou votre poney, Assurer la sécurité de ceux qui l’approchent et notamment des jeunes enfants, Offrir à votre animal une vie équilibrée, saine, dans des conditions qui lui conviennent, Résoudre les petits problèmes de tous les jours. Visite gratuite et sans engagement pour faire le point sur les problèmes que vous rencontrez et proposer les solutions à y apporter.
Thèmes : Chevaux, poneys, shetlands, dressage, élevage, soins, débourrage, redressage, loire atlantique, équitation

Dans la même thématique

Catégorie guide cheval
 : 
Votre note : 
Cheval 5.00 (1 Votes)

Techniques d'élevage Vote(s) : 1. Note : 10 sur 10.00

Création / modification : Samedi, 21 Avril 2012 / Jeudi, 24 Avril 2014

Titre du flux RSS : Techniques d'élevage

Url du flux RSS : 
  • Nutrition équine : Tous les minéraux en un seul poster ! 31 Oct 2014 | 3:09 am Techniques d'élevage

     

    Les minéraux sont le casse-tête de l'alimentation équine avec leurs interactions variées, leurs excès, leurs carences. 

     

     

    François Kaeffer de l'équipe de Techniques d'élevage a réalisé une synthèse des connaissances actuelles sur les interactions minérales. Grâce à ce poster, vous pourrez comprendre les phénomènes, raisonner les interactions, analyser l'alimentation de vos chevaux et préserver leur santé. 

     

    Un indispensable pour tous les professionnels et les passionnés. 

     

     

    Prix TTC (frais d'envoi compris) : 15 euros en France métropolitaine, 16,50 en UE (hors France métropolitaine), Suisse et Outre-Mer. 19 euros pour les autres pays (à préciser en fonction des conditions particulières). Poster format A1. Envoi tarif prioritaire sous enveloppe cartonnée. 

     

    Conditions de paiement : 

    • Par chèque adressé à Alpha & Oméga, 20 rue du Fresche Blanc, 44300 Nantes
    • Par Virement bancaire

     

    La commande sera expédiée à réception du paiement. 

     

    Pour tous renseignements : anneetcat@aol.com ou 02 40 49 26 40. 

     

    L'équipe de Techniques d'élevage

    Poster sur les interactions minérales chez les équidés. François Kaeffer. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

    Poster sur les interactions minérales chez les équidés. François Kaeffer. Techniques d'élevage. Tous droits réservés

  • Nourrir un rapace 29 Oct 2014 | 3:13 am Techniques d'élevage

     

     

    L'alimentation des rapaces reste un sujet délicat de nos jours. Les études pour étudier leur comportement naturel, loin de clarifier la situation, amènent à se poser davantage de questions. Ces questions portent notamment sur notre capacité à leur amener tout ce dont ils ont besoin, tant sur le plan nutritionnel que du bien être.

     

    En effet, dans la nature, chaque oiseau a son programme nutritionnel particulier. Il consomme pas loin de 38 espèces différentes, allant du petit mammifère à l'insecte, en passant par le batracien ou le poussin. Les quantités de chaque espèce restent très variables et même l'espèce dite principale, ne dépasse pas 50 % de son régime alimentaire quotidien.

     

    Ce régime alimentaire n'est pas stable dans le temps et change presque quotidiennement. Il est très dépendant des conditions environnementales et de l'évolution des populations de proies potentielles.

     

    Néanmoins dans cette variabilité incessante, on retrouve des différences alimentaires entre les mâles et les femelles relativement marquées. Ainsi qu'un taux de fécondité chez la femelle très dépendant de la diversité des proies consommées. Plus la femelle tend vers une alimentation mono-espèce, plus sa fécondité baisse. La composition des œufs et le développement des poussins semblent également très influencés par l'alimentation de la femelle.

     

    Un autre point intéressant est le caractère opportuniste de l'alimentation des rapaces. Ceux-ci ne chercheront pas à attraper une proie plus intéressante sur le plan nutritif si une proie moins intéressante mais faible ou facile à attraper se présente.

     

    Selon ces dernières données, les rapaces sont incapables de réguler leur alimentation et on ne peut leur faire confiance pour choisir les proies les plus intéressantes pour leur santé. Cependant, certaines études ont montré que si on propose régulièrement plusieurs proies accessibles de façon identique, le rapace change régulièrement son alimentation.

     

    Il est donc préférable que le propriétaire connaisse les besoins de son rapace et s'adapte à l'activité de celui-ci pour le nourrir.

     

    En moyenne, les petits rapaces ont besoin de 20 à 25 % de leur masse corporelle, tandis que les grands rapaces consomment 10 à 15 % de leur poids. Mais cette estimation doit être ajustée par un pesage régulier des oiseaux afin d'estimer leur prise de poids. Elle ne tient pas non plus compte de l'activité ou de la croissance de l'oiseau.

     

    En nourriture de base, il est souvent conseillé de donner des poussins de 1 jour. Si cette alimentation assure un bon équilibre minéral, un taux protéique élevé et un faible taux de lipides, elle ne serait se suffire à elle-même. Comme nous l'avons vu, le rapace a besoin de diversité et tous les compléments, même justement calculés, ne pourront apporter la variabilité dont celui-ci a besoin. Ceci étant, il faudra compter un supplément en thiamine ou une « proie » riche en thiamine si des poussins de 1 jour éviscérés sont donnés.

     

    Une erreur courante est de fournir aux rapaces du muscle en grande quantité en éliminant les os, le gras, les boyaux... cette alimentation, si elle compose plus de 20 % du repas quotidien, provoque de graves carences vitaminiques et minérales qui débouchent sur des atteintes nerveuses et musculaires. La viande du commerce, certes attrayante, n'est donc pas une alimentation de choix pour les rapaces.

     

    Les proies données doivent être les plus fraîches et les plus complètes possibles. Les temps de conservation et les méthodes utilisées diminuent la qualité nutritive des aliments donnés aux rapaces. Tout comme les opérations consistant à ôter la peau, les viscères, les pattes, le bec...

     

    La carence en vitamine D3 est fréquente chez les rapaces détenus en captivité. Cette carence n'est pas due à un manque en cette vitamine, mais au fait que les proies ne contiennent que de la vitamine D3 inutilisable. Pour l'utiliser, les rapaces ont besoin de la lumière du soleil qui transforme la vitamine des proies en vitamine utilisable. Il est donc nécessaire que les rapaces « voient » la lumière du jour minimum 45 minutes par jour pour éviter toute carence en cette vitamine.

     

    L'alimentation des rapaces doit donc, dans l'idéal, être variée, saine sur le plan sanitaire, composée de muscles, de gras (en moindre quantité), de viscères et d'os, équilibrée en apportant uniquement ce dont l'oiseau a besoin. Il faudra veiller également à suivre les différences de régimes imposées par les différentes espèces ou le sexe de l'individu et les saisons.

     

    Anne KAEFFER

    Alimentation d'un rapace en captivité. Techniques d'élevage 2014. Tous droits réservés.

    Alimentation d'un rapace en captivité. Techniques d'élevage 2014. Tous droits réservés.

  • Stage Nutrition équine à Angers par l'équipe de Techniques d'élevage 27 Oct 2014 | 3:32 am Techniques d'élevage

     

     

    Pour les éleveurs, les professionnels du monde du cheval comme pour les propriétaires, nous proposons régulièrement des stages d'initiation à la nutrition équine à travers des échanges techniques mais néanmoins ludiques dans une ambiance décontractée.

     

    Le prochain se tiendra dans le cadre de

     

    Elevage Keziah - Pension Chevaux

     

    à Saint Lambert la Potherie (49 périphérie d'Angers)

     

    Samedi 15 novembre 2014 de 9 heures à 17 heures 30. 

     

    Les participants sont invités à apporter un échantillon de leur foin, l'étiquette de leur aliment, afin de pouvoir baser certains exemples sur leur situation. Pour les calculs, il est souhaitable de se menir d'une calculette. 

     

    Le tarif est de 50 euros. Un chèque de 20 euros à l'ordre de Alpha & Oméga non remboursable en cas de désistement est demandé pour valider l'inscription. 

     

    Si pour un cas de forme majeure, le stage ne pouvait avoir lieu, les sommes versées seront intégralement remboursées.  

     

    Possibilité de pique-niquer sur place ensemble à midi.

     

    Renseignements et inscription par mail anneetcat@aol.com ou par courrier Catherine Kaeffer, 20 rue du Fresche blanc, 44300 Nantes (tél : 02 40 49 26 40. Validée à réception d'un chèque de 20 euros à l'ordre de Alpha & Oméga ou d'un virement. 

     

    Au plaisir de vous rencontrer. 

     

    Stage de Nutrition équine, Angers, novembre. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

    Stage de Nutrition équine, Angers, novembre. Techniques d'élevage. Tous droits réservés.

  • L'envers du décor du dressage ou entre le paradis et l'enfer 25 Oct 2014 | 3:36 am Techniques d'élevage

     

     

    Ils se présentent, plus majestueux les uns que les autres, plus audacieux que leurs ancêtres, plus « people » que leurs aînés... le spectacle du dressage animalier, comme la magie, a deux faces.

     

    La première est visible par le spectateur. Elle est taillée dans le rêve, extraite de notre imaginaire, bâtie sur nos émotions. Elle est empreinte de la mode, du temps, des principes et de nos convictions.

     

    La deuxième se cache. Discrète et silencieuse, elle gouverne sur scène les actes des protagonistes. Elle se met en place en coulisse et ne se révèle qu'une fois les yeux détournés.

     

    Cette face cachée est parfois synonyme d'harmonie, de complicité. Mais dans d'autres cas, c'est l'enfer qui se pare des plus beaux atours.

     

    C'est un cheval qui se couche dans un pré. La caméra tourne et le cheval s'exécute dans un mouvement fluide. Le cavalier se couche sur son cheval, il se place entre ses membres. Quelle confiance, quelle complicité, rien ne trouble cet instant.

     

    Naturellement, la main du cavalier se place sur les naseaux de son cheval. Le spectateur y verra un geste symbolique, une connivence entre le cavalier et le cheval. Les doigts se resserrent légèrement. Le cheval ne s'y trompera pas et gardera une attitude impeccable.

     

    En coulisse, ce cheval a plus d'une fois senti les doigts se resserrer au point de lui bloquer toute respiration. Un geste sans brutalité visible mais d'une incroyable violence, une menace de mort explicite.

     

    Une sagesse forcée qui se retrouve dans les yeux de ce cheval monté en bitless, symbole de liberté, de révolution et de progrès. Un cheval qui ne connaît que trop bien les méthodes coercitives et les blessures que peuvent provoquer ses « outils du rêve » soigneusement trafiqués.

     

    Un autre cheval répète plus loin. Le mouvement est impeccable, fluide et gracieux. Pourtant les spectateurs critiquent. Ce cheval porte un mors fin, le cavalier a des éperons... des aides fines et précises, utilisées avec douceur depuis des années mais qui ne font pas écho au rêve.

     

    Dans les coulisses, c'est avec la même douceur que ce cheval est travaillé. Avec la même complicité, les exercices sont exécutés.

     

    Il ressemble en cela à cet autre individu qui travaille ses chevaux en liberté. Ses méthodes n'ont pas été bouleversées par la mode et il garde toujours une relation empreinte de douceur avec ses chevaux. Il arrive parfois que l'exercice ne soit pas impeccable, mais qu'importe, puisque la relation perdure.

     

    Ce sont des exemples courants, des scènes quotidiennes. La mode change et ceux qu'on applaudissait jadis sont aujourd’hui décriés et inversement. Mais dans ces incessants changements d'idées, les animaux restent.

     

    Ceux qui suivent les modes, qui se montrent sous leurs plus beaux atours, ne sont pas forcément ceux que les animaux choisiraient.

     

    Et si, une seule fois, on applaudissait non pour un résultat mais pour un travail quotidien. Si seulement on pouvait, pendant un seul instant, oublier l'emballage pour ne regarder plus que l'envers du décor.

     

    Anne KAEFFER

    Cheval de trait en présentation. Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2014

    Cheval de trait en présentation. Tous droits réservés. Techniques d'élevage 2014

  • Un autre exemple d'interaction minérale indirecte 23 Oct 2014 | 3:17 am Techniques d'élevage

     

     

    Dans un précédent article, nous avons parler des interactions indirectes entre certains minéraux. Un autre exemple, mais plus complexe, est celui du sélénium et de l'iode.

     

    Comme vous le savez l'iode est récupéré par la thyroïde afin de synthétiser la T4, une hormone thyroïdienne contenant 4 atomes d'iode. Cette hormone est d'une inefficacité navrante et nécessite de se faire retirer non pas l'appendicite mais un atome d'iode permettant de passer à la T3 et de multiplier.

     

    Pour cette métabolisation, il faut une enzyme du foie séléno-dépendante : la iodothyronine 5'-deiodinase.

     

    En cas de carence en sélénium, l'enzyme sera peu efficace et donc la quantité de T3 sera trop faible tandis que la quantité de T4 sera au plafond pour compenser mais sans grand succès.

     

    Nous nous retrouvons devant le cas clinique d'une hypothyroïdie puisque l'hormone ne fera pas correctement son travail. Comme toute personne sensée voyant une hypothyroïdie, on augmente le taux d'iode dans la ration alors que c'est le sélénium qui pose problème.

     

    Avec l'augmentation forte de l'iode dans la ration, on prend le risque d'une intoxication...

     

    Certaines régions avec des vieilles montagnes et proches de la mer peuvent présenter ce type de configuration alors prudence...

     

    Bonne journée.

     

    François Kaeffer

    Attelage à un. Techniques d'élevage 2014. Tous droits réservés.

    Attelage à un. Techniques d'élevage 2014. Tous droits réservés.

Retour

Ecrire un commentaire

Nom:
Titre:
ChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalChevalCheval
 
Retour